Actualités - SNFOLC

Aller au contenu

Menu principal

Actualités

Front anti-blanquer

Echos des bahuts

Manifestations

Nouveautés / Textes

Communiqué de l’intersyndicale du second degré à Paris du 6 février 2019

L’intersyndicale parisienne du second degré (SNES-FSU, SNEP-FSU, SNUEP-FSU, SNFOLC, SUD Éducaton et CGT Éducation) continue d’exiger le retrait des réformes des lycées, du baccalauréat, de la loi ORE (Parcoursup…). Elle s’oppose aux suppressions de postes dans les collèges et les lycées (au moins 117 postes supprimés à Paris) et ce, d’autant plus que les effectifs d’élèves augmentent.




Assemblées générales partout !

Loin de faiblir, la colère profonde des salariés du public comme du privé, des gilets jaunes comme des stylos rouges s’enracine. Le moins qu’on puisse dire c’est que les allocutions successives du Président de la République les 10 et 31 décembre 2018 confirment sa volonté de poursuivre la réforme des retraites, de la fonction publique d’État, de l’assurance chômage. Il ignore les revendications des salariés, des lycéens, des étudiants et des retraités.



AG dans tous les établissements

Chers collègues,

La situation en France évolue de jour en jour. Partout les lycéens et les étudiants s’organisent et se mobilisent nationalement pour l’abrogation de la contre-réforme Blanquer : Parcoursup, réforme du lycée et réforme du bac.

À Paris, vendredi, près de 4000 lycéens ont défilé dans la sérénité, mais avec détermination, de Stalingrad à République. Ces lycéens venaient de différents établissements de l’Île-de-France et en particulier de Monet, Rodin, Fauré, Charlemagne, Sophie Germain, Victor Hugo, Jules Ferry, Carnot, Voltaire, Quinet… À l’appel du secrétaire de l’UD FO 75, des syndiqués Force Ouvrière de différents syndicats étaient là pour protéger les jeunes – présence très appréciée des lycéens – et diffuser largement le communiqué des URIF condamnant la répression gouvernementale dont sont victimes les lycéens.

Cette répression gouvernementale a atteint un niveau inimaginable avec la scène des lycéens de Mantes la Jolie.

Aujourd’hui, le SNFOLC a appelé à un rassemblement au moment même où était prévu le groupe de travail pour la mise en place de la réforme des lycées à travers la carte des spécialités par établissement. Y étaient présents plusieurs lycées dont Voltaire – SNES, FO, SUD-, Paul Valéry – SNES, CGT, FO –, Carnot – SNES, FO, avec quelques lycéens… Ce groupe de travail n’a pas eu lieu.

Demain, les organisations d’étudiants et de lycéens appellent à une nouvelle journée de mobilisation et à une manifestation.

     Mardi 11 décembre
     Départ midi place Saint-Michel


Nous invitons tous les syndiqués à réunir immédiatement les personnels en assemblées générales, pour établir les revendications et discuter des initiatives nécessaires y compris la grève. Les revendications des lycéens sont les nôtres. La grève a déjà été décidée pour aujourd’hui et demain au lycée Voltaire. Le lycée Paul Valéry décidera demain de la continuation de la grève d’aujourd’hui.

Ce lundi 10 décembre après-midi, la CE de l’UD FO 75 a décidé d’appeler à manifester ce vendredi 14 décembre et de demander aux syndicats présents d’appeler à la grève. Le SNFOLC 75 a appuyé cette décision et appelle les personnels à faire grève et à venir manifester le 14 décembre. Un préavis de grève a été déposé par la FNEC FP FO à partir de ce lundi 10 décembre. Vous aurez les précisions sur le lieu et l’horaire de cette manifestation dans un prochain courriel.

       Bien cordialement,
       Benoît Connétable
       Secrétaire académique du SNFOLC 75


Face aux attaques du gouvernement : Résister, revendiquer, reconquérir !




4 pages de l'URIF sur la réforme des retraites

À faire connaitre autour de vous pour bien comprendre les enjeux de la sauvegarde du système par répartition.



Un résumé nous est offert par M. Fillon :

« L’Ecole de la confiance » : moins 1800 postes dans l’Education nationale



Vous trouverez en cliquant sur ce lien suvant le communiqué du SN FO LC  suite aux annonces du ministre Blanquer.





Nous vous invitons à le faire connaître très largement.



Les chiffres de Parcoursup sont implacables


A Paris, à la date de mardi 29 mai, sur 15000 lycéens (en lycée général, techno et pro) :
1558 ont accepté une proposition, 5000 sont en attente, 6500 ont reçu une proposition mais n'ont encore rien accepté, 300 ont un refus définitif et 94 ont quitté la plateforme.

Nationalement 26000 jeunes n'avaient que des réponses négatives.
Des dizaines de milliers de bacheliers pourraient n'être affectés dans le supérieur qu'en septembre, menaçant tout l'édifice de l'enseignement supérieur, des classes préparatoires et des BTS.
Les lycéens sont assommés, découragés et en colère.

Au lieu de répondre aux questions des lycéens, des familles, des personnels, d'entendre leurs revendications, leurs demandes, leurs peurs, le gouvernement mène une campagne de communication de grande ampleur qui vise à prouver que tout va bien et il envoie la police contre les étudiants et les lycéens qui expriment leur désaccord comme aux lycées Bergson, Charlemagne en cherchant à les terroriser comme au lycée Arago.

Contre cette attaque frontale contre la jeunesse, l'interfédérale de l'académie de Rouen appelle à une  manifestation le 6 juin.

A Paris le syndicat sera présent demain soir au rassemblement devant le lycée Arago.

Plus de 50 lycées franciliens appellent les lycéens à manifester jeudi prochain 7 juin, 12h, à Saint Michel, pour le retrait de la loi ORE dans le contexte qu'on connaît : des centaines de milliers de lycéens, à quelques jours des épreuves du baccalauréat, ne sont affectés nulle part à la rentrée prochaine.

Enfin les personnels du collège Apollinaire avec le Snes et FO ont obtenu, hier en délégation au rectorat, 1 CPE supplémentaire, après avoir débrayé pendant 2 jours.

Le snfolc75 appelle les personnels à réaffirmer les revendications : abandon de la réforme du baccalauréat et du lycée ; abrogation de la loi ORE et de

Parcoursup ; maintien et rétablissement des épreuves nationales, terminales, anonymes ; aucune sanction contre les 14 élèves qui ont occupé Arago ;
création des postes nécessaires.


Benoît Connétable
Secrétaire académique du SNFOLC 75

Réformes du lycée, du baccalauréat et Parcoursup : le carcan des contre-réformes

LE SNFOLC condamne la répression policière

LE SNFOLC75, la CGT Educ’Action, SUD Education condamnent la répression policière

Communiqué interfédéral sur Parcoursup

Retourner au contenu | Retourner au menu